2015 CERCAPHI Rapport annuel et perspectives

Année 2014/2015

RAPPORT ANNUEL ET PERSPECTIVES

Aux délégués régionaux du Cercaphi
Aux membres du Cercaphi

Le 17 juillet 2015 s’est tenue au CLAC (Centre de lecture et d’animation culturelle) de Mimboman à Yaoundé, la dernière réunion mensuelle du CERCAPHI pour l’année 2014/2015. Préparée par le Secrétaire général du Cercaphi, le Prof. Emile Kenmogne, la rencontre, présidée par le Prof. Njoh Mouelle, président du Cercaphi, s’est déroulée selon les points d’ordre du jour suivants.


1- Exposé et discussion de La palabre (J.-G. Bidima)
2- Rapports d’activités des Régions du Cercaphi
3- Débats
4- Exposé des projets de recherches et de réformes par le SG du Cercaphi
5- Adoption des projets par l’assemblée
6- Divers
7- Verre d’amitié.

Avant le début des travaux, le Prof. Emile Kenmogne a présenté à l’assistance l’invité du jour, M. le Dr. David Foukou, Inspecteur Coordonnateur des Sciences humaines pour la région du Nord à Garoua. Ce dernier a accepté de prendre la parole au terme des travaux.

1- Exposé et discussion de La palabre (J.-G. Bidima)
Prenant la parole, le Prof. Emile Kenmogne a d’abord rappelé le contexte dans lequel La palabre de Jean-Godefroy Bidima était en lecture au Cercaphi. En effet, au courant de l’année académique, trois auteurs étaient en études mensuelles, notamment : Achille Mbembe, Souleymane Bachir Diagne et Jean Godefroy Bidima par qui le programme s’achevait. En second lieu, le modérateur a présenté M. Gueleweu Moffo Silgebert, doctorant en philosophie et professeur au lycée Général Leclerc, qui devait présenter une lecture de La palabre, quatrième texte retenu de Bidima. Cette lecture a déclenché une discussion enrichissante et passionnante dont les participants se sont félicités.

2- Rapports d’activités des Régions du Cercaphi
Les rapports d’activité ont été présentés pour les régions du Centre, du Littoral et de l’Ouest.

Rapport de la région du Centre.
Prenant la parole pour la région du Centre, M. Alphonse Awono remercie le Cercaphi et indique l’organisation de son propos en deux points. Le premier concerne les activités scientifiques ou académiques, notamment les lectures très débattues des auteurs cités plus haut. Il remercie le Prof. Kenmogne pour son initiative qui s’était assortie de la mise à disposition de toutes les œuvres lues. « Désormais, a dit M. Awono, nous avons une idée de ces auteurs très médiatisés ». En plus de ces rencontres de chercheurs dont le programme s’est accompli à cent pour cent, M. Awono a souligné l’appui de sa délégation à la réussite des cafés philos de l’IFC. La seconde orientation du rapport du délégué régional du Cercaphi pour le Centre a porté sur des activités humaines d’ordre général. Ici, il y a eu des animations post et péri académiques marquées par l’assistance aux membres éprouvés par divers malheurs. Il souligne la participation du Cercaphi aux obsèques de Marcien Towa avec une intervention remarquée de Njoh Mouelle lors des hommages académiques. Pour finir, le chef de l’antenne du Centre évoque les finances de sa délégation. Constatant l’absence de Louis Paul Soh, le trésorier, il déclare néanmoins que « les finances ne se portent pas bien… ce qui impose l’urgence d’une restructuration ». Pourtant, conclut-il sur une note plutôt optimiste, « le Cercaphi dans la région du Centre à Yaoundé est bien vivant ».

Rapport de la région de l’Ouest.
Empêché par son implication dans les jurys d’examens officiels, le Délégué régional du Cercaphi pour l’Ouest, M. Claude Siégni, Inspecteur régional de Philosophie pour la même région, a envoyé son rapport d’activité qui a été lu par M. Ambadiang, Ipr de Philosophie pour le Centre. De la lecture faite, on retient que les 21, 22 et 23 mai 2015 s’est tenu au Lycée Bilingue de Mbouda, sous l’initiative et le haut patronage de M. Christopher Kwekoua, Délégué Régional en charge des Enseignements Secondaires à l’Ouest, un séminaire de philosophie sous l’appellation PRÉPA-BAC DE PHILOSOPHIE DE LA DRES-O, SESSION 2015. Cette rencontre, animée par le Cercle Camerounais de Philosophie (Cercaphi), Délégation régionale de l’Ouest, concernait les élèves des classes de Terminales du département des Bamboutos en général et ceux de la ville de Mbouda et de ses environs en particulier. L’objectif général des enseignements y relatifs consistait à réviser les œuvres philosophiques inscrites au programme et amener les candidats au baccalauréat 2015 à avoir une meilleure maîtrise des exercices philosophiques que sont la dissertation, l’exercice sur texte et le commentaire de texte.
Environ 860 élèves des classes terminales étaient attendus à cette session de renforcement des capacités en philosophie des candidats au baccalauréat 2015. 419 élèves y ont effectivement pris part, soit un taux de participation de 48% venant de 13 établissements. Au terme des trois jours de travaux riches en enseignements, tous les participants ont souhaité que « cette heureuse initiative soit désormais reconduite chaque année et intégrée dans le chronogramme des activités pédagogiques de l’Établissement, c’est-à-dire budgétisée, et si possible, étendue aux autres disciplines. »

Rapport de la région du Littoral.
La parole est passée à Michel Archange Tonye pour donner lecture du rapport de l’antenne du Littoral envoyé par le Délégué régional du Cercaphi, le Dr. Célestin Tchatou Nya, également empêché par l’examen du baccalauréat. Au cours de l’année 2014-2015 au Cercaphi antenne du Littoral, résume Tonye, il y a eu cinq conférences à l’Institut français du Cameroun à Douala, en partenariat avec le Cercaphi. Ces conférences populaires font venir élèves, étudiants, universitaires, hommes de culture, etc., et connaissent une diversité d’intervenants selon les centres d’intérêts thématiques. L’écho en est par conséquent très favorable aussi bien des autorités de l’IFC que des universitaires, des étudiants et des élèves de la ville de Douala. En perspective, le calendrier de l’année académique 2015/2016 de cette antenne du Cercaphi prévoit des thèmes aussi intéressants que « L’approche scientifique de la question de la sorcellerie » ou « La démographie galopante et la problématique de l’incinération des morts ».
Le rapport de Douala suggère une meilleure médiatisation des conférences, et même la nécessité d’intégrer les medias dans le programme de sensibilisation du Cercaphi.

3- Débats.
Ces divers rapports sont écoutés avec beaucoup d’attention par les participants. Le Prof. Njoh Mouelle a félicité les Délégués régionaux et attiré l’attention de tous sur la diversité des activités et des partenaires du Cercaphi. Il a exhorté tous les membres du Cercaphi à plus d’effort, de rigueur et de sérieux dans le travail académique. Pour le Prof. Emile Kenmogne, les Délégués du Cercaphi doivent accentuer l’offre d’activité vers les élèves qui sont la pépinière de la philosophie. M. Awono pourrait à cet égard réactiver les soirées philosophiques au centre culturel camerounais ou dans un établissement de la capitale. A l’idée de Michel Tonye qui constate que le Cercaphi donne l’impression d’être en marge de la Journée internationale de la philosophie, le Prof. Njoh Mouelle répond que les colloques organisés par le Cercaphi chaque fois en novembre sont des manifestations comptant pour cette Journée internationale. Le Prof. Kenmogne souligne la parution récente du livre Vie et éthique, de Bergson à nous qui publie les Actes du colloque du même thème qui avait eu lieu à Yaoundé en novembre 2013.

4- Exposé des projets de recherches et de réformes par le SG du Cercaphi

Projets de recherche et d’étude
Dans le cadre des « Rencontres des chercheurs » au CLAC, le SG du Cercle camerounais de philosophie propose une série de dix communications mensuelles suivies de débats en vue d’une publication sur le thème général : La philosophie et l’analyse des problèmes sociaux de notre temps. Les mots clés devant orienter la formulation des sujets d’interventions par les conférenciers sont les suivants :
– Religion(s) – Violence/Guerre – Maladies – Croyances – Technoscience – Chômage – Pauvreté/Richesse – Clivages ethniques – Citoyenneté – Politique – Domination – Majorité/Minorité – Justice/Injustice – Equilibre, etc.
Après chaque communication suivie de débat, l’intervenant disposera d’un délai de 30 jours pour déposer la version à publier de son texte.

Les réformes.
Elles concernent les cafés philosophiques à l’IFC à partir de la rentrée scolaire. Ceux-ci portent sur des thèmes arrêtés en concertation avec la direction de l’institut. Les rencontres ne seront plus mensuelles, mais bimestrielles. Elles auront lieu dans la salle des conférences et connaîtront un horaire rectifié, soit de 17h à 19h, comme l’ont souhaité les membres du Cercle.

Concernant le fonctionnement du Cercaphi, la proposition porte sur la réactivation de la carte annuelle de membre. Les cartes seraient donc signées par le Président du Cercle chaque année au mois de janvier. La période d’adhésion pour chaque année académique s’étendra du 15 septembre au 15 décembre. Les cartes seront préparées sur la base des listes venant des délégations entre le 20 et le 31 décembre de chaque année. Une fois signées, elles parviendront aux délégués régionaux au plus tard le 15 janvier.
La liste annuelle des membres du Cercaphi figurera sur son site web dès le 1er janvier de chaque année.
Le secrétaire général propose enfin aux délégués régionaux et aux membres de fournir les éléments pour alimenter le site web du Cercaphi qui a été reconfiguré.

5- Adoption des projets par l’assemblée.
Tous ces projets de recherche et de réformes ont été débattus, puis approuvés et adoptés par l’assemblée générale.

6- Divers.
Le Prof. Njoh Mouellé a présenté deux livres récents sur son œuvre : Le philosophe et le numérique et De la médiocrité à l’excellence en débat. Réponses de Njoh Mouelle aux remarques de Thierry Michalon.
Le Dr. David Foukou, invité du jour, prend la parole pour se présenter avant de donner ses impressions très favorables sur le moment passé au sein du Cercaphi. Ce dernier, manifestement ému, fait savoir qu’en tant que camarade d’Achille Mbembé (dont on a parlé) en classe de Maîtrise et ancien étudiant du Prof. Njoh Mouelle, il est aujourd’hui un grand admirateur de l’auteur de De la médiocrité à l’excellence. Il se dit alors heureux de rencontrer ce dernier dans un cadre restreint et aussi sérieux tel que le Cercaphi. Aussi promet-il de produire un rapport du Cercaphi du Nord pour l’année 2015/2016, car il animera la mise sur pied de l’antenne de Garoua. Alors que l’orateur est vivement applaudi, M. Njoh Mouelle lui dédicace les nouvelles publications qu’il venait de présenter avant de les lui remettre solennellement.

7- Verre d’amitié.
Un petit cocktail a marqué la fin de cette rencontre et la fin des activités du Cercaphi pour l’année 2014/2015.

Yaoundé, le 15 août 2015

Le secrétaire de séance,

M. Jean-Paul Djoum,
Doctorant.

Le secrétaire général du Cercaphi

Pr. Emile Kenmogne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *